Nous contacter

AVERTISSEMENT

75 ans après les faits, il est en général bien tard pour retrouver facilement les traces d’un REQUIS du STO. Il n’existe pas de fichier général des 650 000 français livrés à l’Allemagne par le gouvernement de la collaboration. On peut encore retrouver la date départ et de retour en s’adressant aux Services Départementaux de l’ONACVG du département d’où il est parti. Ces services sont rattachés à la Préfecture. Ils possèdent dans leurs archives les listes de tous ceux qui sont partis et revenus dans leur département. A ce jour beaucoup de ces services ont transféré leurs archives aux Archives Départementales. On peut trouver les adresses dans l’annuaire du téléphone, sinon s’adresser à la Préfecture.

Si le Requis est décédé en Allemagne, son dossier complet se trouve au Service Historique de la défense, Bureau des archives des conflits contemporains : B.P. 552 14037 CAEN CEDEX. Ne pas oublier de donner la date de naissance. Si le dossier existe, on peut le consulter en se rendant à CAEN après avoir obtenu un rendez-vous.

Il arrive que dans ce service qui archive sur des km de rayonnages des centaines de milliers de dossiers de militaires, de prisonniers de guerre, concentrationnaires, travailleurs forcés etc.., de trouver celui du Requis, rentré en France, que l’on recherche. On peut donc toujours adresser une demande à ce service très bien organisé.

Quant à retrouver les entreprises allemandes où le Requis a travaillé ou ses conditions de vie dans les camps, c’est une recherche vaine.

Retrouvez des camarades qui auraient connu le Requis que vous cherchez est aujourd’hui impossible.

--------------------

Pour retrouver la trace d'un déporté, victime du travail forcé en Allemagne nazie, vous pouvez consulter l'article correspondant.

Pour les autres cas, veuillez remplir ce formulaire en complétant tous les champs requis.

 
Conditions d'utilisation: en transmettant ce formulaire, vous acceptez de nous communiquer les données qu'il contient, protégées par notre charte de confidentialité et la loi sur la protection des données.
captcha
Recharger